Rechercher
  • Evelyne Roussillon

Comment une femme peut-elle renouer avec son corps et son désir sexuel ?

Dernière mise à jour : août 30

Pour qu’une femme retrouve le contact avec sa sexualité (désir, plaisir, sensations), si elle le fait pour elle, en a vraiment envie, le chemin le plus adapté passera par des pratiques corporelles.


Le 1er axe sera la connexion à son corps. En effet, de nombreux femmes sont déconnectées, coupées de leur corps. C’est-à-dire qu’elles ne sont plus en lien avec lui, avec leurs sensations, leurs émotions, leurs envies, leurs désirs. Or une pratique corporelle régulière va offrir l’opportunité de renouer ce lien : ressentir, accueillir, se sentir vivante, connectée à la vie.


De nombreuses raisons ont pu faire que ce lien soit coupé, consciemment ou inconsciemment : un éducation très rigide ou très tabou autour de la sexualité, des abus, des traumas (plus ou moins intenses), de l’humiliation, des peurs, des conditionnements où la culture de l’écoute ou du prendre soin du corps est peu présente, un analphabétisme corporel, des pénétrations trop hâtives qui procurent plus d’ennui que de plaisir, la notion de devoir conjugal, des conditionnements sociaux et religieux (‘une femme est un objet de désir’, et non pas un être de désir...), une activité sportive trop intense qui emprisonne le corps dans un soucis de performance, de compétition…., et bien d’autres encore.


Qu’est-ce qu’une pratique corporelle ? Les pratiques corporelles se composent de mouvement, de fluidité, d’ondulation, de respiration, voire de sons, et de présence à soi.

La présence à soi présuppose que lorsque je réalise ma pratique corporelle ma tête soit en harmonie avec mon corps, mes sensations, ressentis, émotions, qu’elles quelles soient. Mon mental, mes pensées sont disponibles pour mon corps. J'observe, j'accueille mes sensations, émotions si elles se présentent.

Ce peut être une danse par jour par exemple, où je décide d’ouvrir un espace entre mon corps et moi, où je vais danser en conscience et en présence, sans rien rechercher de particulier si ce n’est de sentir l’énergie circuler en moi. Je peux aussi inviter mon périnée à danser en ce même espace, l’inviter à sourire, à faire des grimace, à respirer, le mettre en lien avec la Terre, avec la vie. Au moins une fois par jour amener un temps de conscience dans mon périnée, l’imaginer, le sentir.

Ce pourrait être aussi, de se masser le périnée, le regarder, ainsi que la vulve, les portes, la porte de Jade comme nous l’appelons aussi, cette entrée vers notre grotte mystérieuse…

L’intention est de se réapproprier son corps, tout comme nous connaissons peut-être nos yeux, notre bouche, alors, faisons aussi connaissance, allons explorer notre ‘Yoni’ (terme Sanskrit qui évoque la zone génitale féminie : l’extérieur avec la vulve, et l’intérieur avec le vagin et l’utérus), et ce que cela nous fait, nous procure comme émotion de s’en approcher, de créer du lien avec elle : du dégout, de la honte, de la culpabilité, de la peur, de la colère, de la tristesse, de la joie …. ?


Le fait de se réapproprier cet espace si peu exploré de notre corps par nous-même, va peu à peu nous permettre de ressentir ce que nous aimons, ce que nous n’aimons pas, ce dont nous avons envie, ou au contraire pas du tout, ce qui nous fait peur, ce qui nous fait honte, ou nous fait pleurer peut-être.

Le fait d’explorer, de masser, de caresser ces parties si intimes de nous-même, que ce soit en externe comme en interne, va peu à peu permettre de ressentir davantage de sensations, de plaisir, que ce soient des vagues de plaisir ou du plaisir orgasmique.

Et plus une femme est à l’aise avec sa propre intimité plus elle le sera avec son ou sa partenaire. C’est le chemin que nous faisons d'abord vers nous, qui embellit le chemin vers l’autre, qui nourrit la relation.

C'est un chemin d'autonomie vers notre énergie sexuelle féminine

. Une pratique régulière de l'œuf de Yoni est aussi un excellent moyen de renouer en douceur avec son corps, ses sensations, son plaisir.

Les massages de la Yoni, permettent également de nettoyer, libérer les mémoires, les émotions sclérosées dans les tissus et qui très souvent handicapent le plaisir.


Et l’étape suivante pourra être de verbaliser des demandes à son, sa partenaire, dire des oui, des non, respecter ses limites, ce dont nous n’avons pas du tout envie, ou ce dont nous avons besoin sur un autre rythme par exemple, plus de temps, ou plus de douceur…

Chacune, chacun nous sommes différents dans nos envies, nos désirs, et cela ne peut être deviné par notre partenaire.


La sophrologie, discipline à laquelle je suis très attachée, est une démarche fondamentale pour apaiser son mental et renouer le lien avec son corps, ses sensations, être dans la présence à soi. Elle fait partie de mes accompagnements en sexothérapie.


La thérapie verbale est aussi présente dans mes accompagnements, car tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime. Nous avons aussi besoin de comprendre nos fonctionnements, réactions, attitudes.


Dès la rentrée 2022, débutera mon groupe d'initiation à la pratique de l’œuf de Yoni, merveilleux outil d’exploration et de réappropriation de son ventre, permettant d’éveiller sa Yoni (voir plus d'informations sur mon site : https://www.sophrologie-gap.fr/initiation-oeuf-de-yoni


Evelyne Roussillon : sexologue, sophrologue, thérapeute de couple à Gap

www.sophrologie-gap.fr


58 vues0 commentaire